lisecaillat@outlook.fr    Tel. +33 (0)6 81 12 88 60 

  • Facebook
  • Instagram
  • Linkedin
Traductions

Traductrice littéraire de l’italien au français depuis 2005 et conseillère éditoriale, je vis et travaille entre Paris et l’Italie.

Devenir traductrice littéraire a longtemps été un rêve inaccessible,
« une forêt obscure ».

 

Il n’existait aucune formation spécifique, a fortiori dans le domaine italien. J’ai donc tracé mon propre chemin, en passant par la librairie et l’édition.

 

J’ai d’abord traduit entre les lignes, par jeu, en sourdine ; en lisant, en voyageant, en étudiant. De La Divine Comédie à Antonio Tabucchi,
je tendais l’oreille à cette résonance intérieure qui avait la force
d’une évidence. Je libérais les mots.

 

En 2005, après quelques lectures et la traduction d’une nouvelle,
Gallimard me confie un premier roman : Blessures de guerre de Giulia Fazzi. Et le rêve, soudain, se réalise. Durant une dizaine d’années j’ai traduit
en parallèle, à côté, en plus d’autres activités, toujours au milieu des livres.

 

Je suis convaincue à présent que la traduction littéraire est un métier,
un métier essentiel, à mes yeux le plus beau au monde parce qu’il touche
à la création, à l’humain, à l’universel. Il mérite en cela qu’on s’y consacre
à part entière.

 

Traduire pour moi, c’est susciter la rencontre entre deux écritures,
deux âmes, deux cœurs… avec prudence et délicatesse, sensibilité
et émotion, tels le funambule sur son fil, la ballerine sur ses pointes,
les doigts du violoniste sur les cordes vibrantes de son instrument.
C’est aller à la rencontre des livres, des auteurs, des éditeurs, des lecteurs...

 

Depuis 2017, je partage ainsi mon temps entre mes activités de traductrice et de conseillère éditoriale qui m’amènent notamment à rechercher et promouvoir des auteurs et de nouveaux textes auprès du public français.

Publications

« De l'autre côté du miroir : Libertés et contraintes dans le métier de traducteur »

Cahiers d’études italiennes, 17 | 2013, 189-208

Les contraintes qui pèsent sur le traducteur sont nombreuses. Elles proviennent de la maison d’édition, de l’auteur, du texte, et du lecteur dont on connaît en partie les attentes. Le traducteur ne peut les ignorer. Seulement, pour jouer pleinement son rôle de passeur... > lire en ligne

« Lise Caillat and her authors » / Authors & Translators

Entretien de Lise Caillat avec l'auteur du blog Authors & Translators sur le métier de traducteur >lire en ligne

 

« Magnifica de Maria Rosaria Valentini »

Le matricule des anges, 197 | Octobre 2018

Être touchée par un texte au point d’éprouver un élan de responsabilité, une urgence, une nécessité : je dois traduire ce livre, le faire connaître, le partager ; et le désir aussi, irrépressible, de l’approcher, de le toucher, de lui offrir ce prolongement, cette résonance, un humble et vibrant hommage... > lire en ligne

PARCOURS

Traductrice et lectrice de romans italiens

Éditions Actes Sud, Denoël, Fayard, Fleuve, Gallimard, Grasset, L'Iconoclaste, L'Observatoire, Rivages,

Robert Laffont

Depuis 2005

 

Responsable éditoriale

FeniXX (numérisation-diffusion-distribution des Livres Indisponibles du XXe siècle)

2014 - 2017

 

Responsable éditoriale italien-français

Éditions Elsevier Masson

2007 - 2014

 

Responsable littérature française et étrangère

Librairie Le Square, Grenoble

2005 - 2006

FORMATION

Centre d'écriture et de communication, Paris

Formation au métier de correcteur

 

Université Paris XIII

Master Politiques éditoriales

Mémoire : Les échanges éditoriaux entre la France et l'Italie depuis les années 1980

 

Université Stendhal, Grenoble / Facoltà di Lettere e Filosofia, Arezzo (Italie)

Maîtrise de Langue, Littérature et Civilisation italiennes

Mémoire : Le langage de la violence dans l'Enfer de Dante /

Il linguaggio della violenza nell'Inferno di Dante